Présentation

Journée de lancement du projet Interreg : Sur le pouce

Présentation

 

L’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Valenciennes, en partenariat avec l’Ecole Supérieure d’Art et de Communication de Cambrai, le Centre pour l’agronomie et l’agro-industrie de la province du Hainaut (CARAH), l’Institut Provincial d’Enseignement Secondaire d’Ath et la faculté d’architecture et d’urbanisme de l’UMONS, a initié un projet de design visant à expérimenter et à élaborer de nouveaux usages dans l’espace public transfrontalier.

 

La problématique s’orientera sur l’un des aspects particulièrement représentatifs de notre « vivre ensemble » en interrogeant les habitudes alimentaires sur un territoire qui s’étend de part et d’autre de la France et de la Belgique.

 

Partant du symbole le plus évocateur en matière d’alimentation mais aussi de convivialité sur ce territoire, notre projet s’est focalisé sur la baraque à frite comme témoin d’un usage à faire évoluer. Assimilée tout à la fois au meilleur comme au pire, à des valeurs de sociabilité comme à la « malbouffe » ou encore à des conditions de consommation « sur le pouce », comment améliorer cette pratique ?

 

À travers cet objet d’étude concis, le projet nous mènera à une exploration conjuguant des questions sociétales, d’espaces et d’urbanisme, diététiques, alimentaires et économiques. Les étudiants chercheront à produire des pistes pour de nouvelles façons de mettre en commun des activités, des usages, des espaces, vers des propositions d’innovations sociales.

 

Le projet comprend plusieurs phases, une première phase, d’une durée de six mois, est destinée à réaliser des enquêtes de terrain pluridisciplinaires et un état des lieux des pratiques et dispositifs d’alimentation de rue. Celle-ci précédera une seconde phase de recherches plastiques et scientifiques ayant pour vocation l’élaboration de démarches et de projets de design dans les différents champs explorés. Enfin, la troisième et dernière phase visera à réaliser des pré-projets collectifs et à préparer la restitution de l’ensemble du projet dans des expositions et des événements sur un territoire de référence et d’application à fort potentiel transfrontalier, la Vallée des Jonquilles.

 

Cette première journée a permi de lancer la première phase « enquêtes et documents », de présenter les équipes, composées d’une quarantaine d’étudiants, d’identifier les enjeux et de tracer le périmètre et la méthodologie du projet.

 

 

Intervenants

 

- Patrick Beaucé, designer, professeur à l’ESAD de Valenciennes

 

- Alexandre Dumas de Rauly et Bruno Souêtre, graphistes et professeurs à l’ESA Cambrai

 

- Olivier Gassies, designer et professeur à l’ESAD de Valenciennes

 

- Pierre Callewier, architecte et chargé de cours à la Faculté d’architecture et d’urbanisme de l’UMONS

 

- Laurent Paternostre, coordinateur des laboratoires du CARAH

 

- Nadine Ribet, docteur en anthropologie sociale et ethnologie, chercheur associé au Centre Edgar Morin, EHESS-CNRS et maître-assistant associé à l’école nationale supérieure d’architecture de Bretagne.

 

- Jean-Alexandre Pouleur, docteur en architecture, Chef de service en architecture et société de la faculté d’architecture et d’urbanisme de l’UMONS. Théorie de l’architecture, Sociologie urbaine, Programmation de l’habitat, Ville et société, Méthodologie du TFE et Composition architecturale et urbanistique.

 

- Noémie Lago, doctorante à la Faculté d’architecture et d’urbanisme de Mons/École des Ingénieurs de la ville de Paris (EIVP).